Votez pour Anna, Jules, Samira, Louane… et les autres !

19/11/2021

C'est une enfilade de panneaux électoraux qu'on ne peut pas rater en traversant les Ponts-de-Cé tant elle se veut visible. Située en plein centre-ville, dans la rue principale, face au château et à la médiathèque, l'installation interpelle cyclistes, piétons et automobilistes en transit. Impensable pour eux d'ignorer cet avis à mobilisation.

Sans peur et sans complexe, la jeunesse des Ponts-de-Cé semble prête à prendre le pouvoir par les urnes.
Sans peur et sans complexe, la jeunesse des Ponts-de-Cé semble prête à prendre le pouvoir par les urnes.

Fatalement, à contempler furtivement ces affiches électorales, des questions se bousculent. Est-ce que les échéances présidentielles d'avril 2022 seraient avancées ? Y aurait-il des régionales, des cantonales, ou autres municipales en vue ? Est-ce que l'actualité d'hier ne serait plus celle d'aujourd'hui ? Mystère en perspective ! Alors, pour le quidam de passage, une halte s'impose afin de découvrir, qu'effectivement, une élection se prépare dans la ville. Mais pas du genre de celle qu'il attend.

En se présentant à un scrutin majoritaire à un seul tour, des candidats et des candidates pas comme les autres vont se soumettre à un suffrage électoral. Mais ceux-là n'ont pas l'intention de briguer les voix des électeurs recensés, qui, d'ailleurs, ne seront pas conviés aux urnes. Ces postulants-là seront désignés par leurs pairs, ceux de CM1 et CM2 des écoles privées et publiques des Ponts-de-Cé. Car ce vote qui s'affiche en grand sur la voie publique concerne le seul Conseil municipal des enfants de la ville.

Dans la cité du célèbre pont Dumnacus, cette campagne électorale a pour objectif d'élire le prochain bureau qui sera composé de 24 conseillers. Sur des affiches à en-tête de la mairie, de jeunes candidats sollicitent le suffrage de leurs camarades de classe en présentant des propositions de campagne... Ils s'appellent entre autres Gaspard, Yoélie, Sohane, Lisa ou Côme, et ils représentent les établissements Jacques-Prévert, Saint-Maurille, Raoul-Corbin, Saint-Aubin, André-Malraux, Raymond-Renard.

Dans les écoles de la ville, on vote pour un programme électoral mais aussi pour des camarades de classe.
Dans les écoles de la ville, on vote pour un programme électoral mais aussi pour des camarades de classe.

Il y a notamment cette jeune élève aux boucles blondes qui appelle sobrement à lutter pour l'environnement avec pour simple signature « Votez pour moi ! », sauf qu'elle a omis d'inscrire son prénom. Il y a aussi ce jeune garçon qui joue de la rime : « Avec Romy tout est permis », et cet autre qui affirme sans trembler « Votez pour moi, je serai votre voix »... Beaucoup expriment de justes revendications comme installer des boîtes à livres, créer des potagers partagés, aider les personnes âgées, tracer des pistes cyclables, lutter contre la pollution, proposer des sacs à déchets biodégradables, etc.

Et puis, derrière leur innocence à faire fondre les plus endurcis des adultes, d'autres apportent leur spontanéité en formulant des rêves plus que des propositions. On peut notamment lire : « Ne pas se moquer des personnes âgées », « Faire construire un appartement pour les SDF », « Installer des radars et des micros pour les motos qui font du bruit », « Créer un carnaval pour les enfants avec défilé », « Mettre un pont entre l'île et la Loire »... À l'évidence, cette campagne électorale ne ressemble pas aux autres.

Ces jours-ci, aux Ponts-de-Cé, un vent de fraîcheur souffle dans les rues de la ville. Devant une population locale prise à témoin, un exercice de démocratie est en train d'accaparer les citoyens de demain.