Une réplique de statue égarée sur un rond-point

09/09/2021

Au pays d'Auguste Bartholdi, père de la statue de la Liberté, la ville de Colmar a fait installer pour le centenaire de la mort du sculpteur une imposante copie en résine sur un rond-point en plein milieu d'un croisement routier. Une belle, mais surprenante, initiative pour l'usager de la route qui doit choisir entre la contemplation de l'œuvre et la conduite de son véhicule.

Entre zone artisanale et aéroport, la route de Strasbourg accueille la réplique de la statue de la Liberté (photo Angers Etc).
Entre zone artisanale et aéroport, la route de Strasbourg accueille la réplique de la statue de la Liberté (photo Angers Etc).

Symbole de l'Amérique, emblème de liberté, classée monument national américain, la fameuse sculpture de bronze de 93 mètres de haut est célèbre dans le monde entier. De l'autre côté de l'Océan Atlantique, les navigateurs, les migrants, les marins en provenance du Vieux continent n'ont cessé de s'émerveiller en découvrant la colossale statue de la Liberté "éclairant le monde". Par ce signe d'amitié venu de France, il s'agissait de célébrer les 100 ans de la déclaration d'indépendance des États-Unis.

Ce monument qui signe l'arrivée des navires dans la baie d'Hudson à New-York, a été créé par le Français Auguste Bartholdi dans les ateliers de Gustave Eiffel. Ce natif de Colmar, né en 1854, est considéré comme l'enfant le plus illustre du pays. Son nom est célébré partout à juste raison (monument, lycée, collège, rue, restaurant) car le sculpteur est aussi le créateur de la magistrale statue du général Rapp, autre personnalité de Colmar, qui fut général sous Napoléon Bonaparte. Durant sa carrière, l'artiste alsacien aura réalisé, entre autres créations, une trentaine d'œuvres majeures réparties dans le monde entier.

Auguste Bartholdi en sa bonne ville de Colmar (photo Angers Etc).
Auguste Bartholdi en sa bonne ville de Colmar (photo Angers Etc).

Afin de sceller définitivement le souvenir de son héros, la ville de Colmar a donc logiquement fait reproduire une copie de 12 mètres afin de l'installer à l'entrée de son agglomération. Cette spendide réalisation en impose par son aspect de cuivre patiné... mais sans s'imposer comme elle le mériterait. L'endroit ne s'y prête pas tout à fait, d'autant qu'aucune aire de stationnement n'a été prévue pour accueillir les curieux. En la situant ainsi à un croisement de grande circulation, sur la route qui mène de Colmar à Strasbourg, à proximité d'une zone industrielle et loin du centre historique, les élus ont manifestement choisi de séduire les automobilistes de passage.

Curieux choix pour cette implantation qui oublie les touristes sans moyen de locomotion et ceux qui ont choisi le train ou l'avion pour séjourner en Alsace. Probablement qu'il n'y avait plus de place disponible en ville, là où la cité se révèle dans toute sa beauté avec ses maisons à colombages, ses façades colorées, ses rues pavées, son quai des Poissonniers, sa petite Venise, ses blasons, son patrimoine... Musée à ciel ouvert et destination de choix, Colmar aurait sûrement accepté une attraction supplémentaire afin d'ajouter au crédit d'un cœur de ville au charme unique et incomparable.