Un po' di sole e molta pioggia

19/04/2021

Le 19 avril et malgré un lourd espoir nourri dans le cœur des Romains depuis les derniers jours, le Lazio ainsi que la capitale italienne n'ont pas franchi la limite de la zone jaune. Pourtant, la vie continue et les italiens s'accommodent tant bien que mal face à des mesures sanitaires qui ne permettent toujours pas la réouverture des lieux publics tels que restaurants, bars, musées et institutions culturelles.

Le quartier de Trastevere lors des rares rayons de soleil de la semaine.
Le quartier de Trastevere lors des rares rayons de soleil de la semaine.

La grisaille d'un ciel qui nous a habitué à plus ensoleillé s'installe au-dessus de la capitale depuis une semaine déjà, et c'est bien dommage pour les incontournables azalées installées par centaine sur les marches de la Piazza di Spagna. Constituant une tradition ancrée depuis des générations, la ville de Rome permet chaque année aux habitants de profiter d'un évènement particulièrement floral qui annonce l'arrivée du printemps. En addition aux glycines et autres arbres en fleurs, la ville voit une de ses places principales, celle d'Espagne, se transformer en un réel spectacle en plein air, avec pour protagonistes principaux les centaines d'azalées majestueuses et toutes en couleurs disposées sur les marches espagnoles.

Une rue animée de commerces et de cafés romains.
Une rue animée de commerces et de cafés romains.

Malheureusement, et si les couleurs éclatantes de ces fleurs étaient de bon augure pour la suite du mois d'avril, ce sont des averses prononcées qui s'abattent sur la ville, sous forme même de giboulées. Et Rome aborde alors un tout nouveau visage : les façades aux tons jaunes et rougeâtres ne sont plus autant brillantes et les rues se voient vidées de ses habituels flâneurs et passagers. Pourtant, la beauté reste à Rome, et l'on remarque des contrastes autant intéressants qu'agréables à observer : l'eau de la fontaine de Trévi, elle, reste particulièrement perçante à l'œil nu et se superpose avec une certaine élégance à la couleur beige nacrée de Neptune s'évadant de son coquillage. Emblème fascinant doté d'une riche histoire, cette fontaine met joliment en scène toute l'expression du style baroque, grâce à un enchevêtrement des statues imposantes et tout à fait impressionnantes de la Salubrité, de la Prospérité ainsi que des quatre saisons.

Dans les églises, on trouve des trésors de l'art, parmi lesquels, et pour n'en citer que quelques-uns, on retrouve notamment le Caravage ou encore l'architecte Boromini.

La basilique de Santa Maria in Trastevere et sa mosaïque.
La basilique de Santa Maria in Trastevere et sa mosaïque.

Malgré une semaine sous un signe nuageux, les habitants de la ville conservent leur train de vie habituel, rythmé par une certaine douceur printanière. Par ailleurs, qui dit que le soleil ne répond pas à l'appel, dit qu'il est temps de se promener à l'intérieur. Et faute de musées (bien qu'une réouverture de ceux du Vatican ait été annoncée pour le 03 mai), les églises de Rome constituent à elles seules de réelles institutions culturelles à couper le souffle, et on ne les compte plus sur une carte de la capitale ! A droite, à gauche, à chaque coin de rue, les bâtis d'églises sont absolument fascinants autant à l'extérieur qu'à l'intérieur, et ces dernières renferment notamment certains des trésors de l'art des plus grands, parmi lesquels, et pour n'en citer que quelques-uns, on retrouve notamment le Caravage ou encore l'architecte Boromini.

C'est sous une pluie méditerranéenne, interrompue par de singuliers rayons de soleil, que les journées passent et défilent au rythme de la découverte d'une capitale qui regorge d'histoire, d'archéologie, d'anecdote en tout genre, et par-dessus tout d'une histoire de l'art à ne jamais en être rassasié. Sur ces mots, alla prossima settimana, ciao a tutti !

Texte et photos par Nina Malleret.