Un bout de mur de Berlin à Angers

29/05/2022

À l'issue d'une séance de cinéma, le spectateur peut s'interroger en découvrant ce bout de mur incongru placé bien en évidence, au beau milieu de l'esplanade du Multiplexe Pathé, dans le quartier Saint-Serge. Ce pan de béton n'est rien moins qu'un fragment authentique du mur de Berlin et témoigne de cet événement historique qu'est la chute du mur en 1989.

Le 9 novembre de cette année, le monde n'en croît pas ses yeux quand le fameux rideau de fer bâti par les Allemands de RDA (République Démocratique Allemande) tombe sous les coups de masse des manifestants. Edifié pour séparer l'Est et l'Ouest en deux mondes antagonistes, ce mur de béton, surmonté de barbelés et surveillé par les redoutables « vopos », avait pour but d'empêcher les habitants de passer en Allemagne libre, la RFA (République Fédérale d'Allemagne), dont la capitale était Bonn.

Dorénavant, à Angers, tous peuvent désormais toucher du doigt (au sens propre) un vestige de cette guerre "froide" matérialisée par ce bout de béton tagué de graffitis salvateurs. Il provient de la Postdater Platz, une des places les plus animées d'Europe dans les années 20, devenue après la guerre un terrain vague, puis ce "no man's land" symbolique de la partition de Berlin. Déplacé lors de la construction du Sony Center, siège européen de la société nippone, il a été offert en 2011 à la ville d'Angers par l'entreprise Sony et la ville de Berlin.

À l'époque, c'était le maire Fréderic Beatse qui avait réceptionné ce symbole de l'oppression à l'occasion des Accroche-Cœurs. Plus récemment, à l'occasion des fêtes de l'Europe, son successeur Christophe Béchu, accompagné d'une délégation franco-allemande, a inauguré la mise en place d'un lutrin afin d'expliquer et rappeler cette période de l'histoire.