Jadis sur les rives de la Maine à Angers

20/09/2018

Quai Royal, quai Bonaparte, port Ayrault, quai des Carmes, quai de la Poissonnerie, port Ligny, quai Gambetta, cale de la Savatte, quai Félix-Faure ... Autant de noms qui évoqueront immanquablement des souvenirs aux Angevins sur l'histoire de la ville et de sa rivière.

Le quai Ligny de nos jours, totalement escamoté par la circulation automobile.
Le quai Ligny de nos jours, totalement escamoté par la circulation automobile.

Bien avant que la navigation fluviale ne décline au profit du transport ferroviaire au cours du XIXe siècle, la Maine fut au centre de toute l'activité économique et populaire de la ville d'Angers. L'effervescence se trouvait nulle part ailleurs que sur les bords de l'eau, rive droite ou rive gauche confondues, sur toute la traversée de la cité. On y a bâti successivement des quais, des ports, des ponts, des maisons, au gré des époques, des besoins et des circonstances.

Pourtant, ce n'est que dans les premières années du XIXe siècle que la Maine, autrefois dite sauvage, commença à être véritablement maîtrisée avec la construction début des années 1800 du quai Royal, entre la place Molière et le pont de Verdun. Pont qui fut longtemps habité, à l'instar de ce qui se faisait à l'époque, avant d'être rendu à sa destination exclusive de trafic et correspondre à l'idée qu'on s'en fait de nos jours.

Un peu en amont, se dressait la silhouette d'un ouvrage de pêcherie, le pont des Treilles, érigé par le comte Henri II Plantagenêt.

À quelques encâblures de là, un peu en amont, se dessinait la silhouette d'un ouvrage de pêcherie, le pont des Treilles, érigé par le comte Henri II Plantagenêt et emporté par une crue. Jamais reconstruit, le hasard veut qu'il cède aujourd'hui son emplacement antérieur, à l'endroit précis qui était le sien un siècle et demi plus tôt, au futur pont du tramway qui sera livré aux cyclistes et aux piétons en 2019. Quand le présent s'amuse à faire un clin d'œil à l'histoire...

Des maisons bourgeoises au bord de l'eau

Suivront quelques décennies plus tard les constructions des ponts de la Basse-Chaîne et de la Haute-Chaîne (appelés ainsi parce que des chaînes étaient tendues d'une rive à l'autre) avant la transformation graduelle de la rive droite à travers la construction du quai des Carmes et l'assèchement de la place La Rochefoucauld, entre autres métamorphoses. Peu après, sur l'autre rive, au pied du château, le quai Ligny s'imposait comme étant le plus animé de la ville avec la construction de maisons bourgeoises et notamment de l'hôtel de Londres. C'était comme une sorte de front de Maine avant l'heure...

Le quai Ligny en 1923. (Agence Rol, source Wiki-Anjou.fr).
Le quai Ligny en 1923. (Agence Rol, source Wiki-Anjou.fr).

Comme le rappelle Sylvain Bertoldi, conservateur en chef des Archives d'Angers, sur le site internet dédié : « Aussi importante qu'elle soit pour les affaires, la Maine a servi de cadre à des événements éblouissants : spectacles nocturnes, fêtes vénitiennes, combats navals, feux d'artifices, régates nautiques... » Autrement dit, la rivière n'avait pas qu'une vocation marchande et portuaire.

Lieu de croissance économique et démographique, la rivière fut donc également un site de promenade, de villégiature, de baignade. C'était avant que l'urbanisation outrancière des années soixante-dix ne la confisque aux riverains pour bétonner : « Pour faciliter le trajet Paris-Nantes des automobilistes de passage », affirmèrent les autorités de l'époque. Pourtant, et à l'orée des années soixante, juste avant l'arrivée des voies sur berge, les plus anciens des Angevins se souviendront peut-être de cette piscine de rivière dans laquelle ils allaient se baigner, la Nafa, située quai Félix-Faure et ultime souvenir d'un temps à jamais disparu.