Époustouflante cathédrale Notre-Dame de Strasbourg

13/09/2021

Bien qu'elle soit la deuxième cathédrale la plus visitée de France après celle de Paris, et qu'elle constitue la visite la plus conseillée sinon décrétée de Strasbourg, l'incrédule n'a pas toujours envie d'écouter les sources bien informées. Jusqu'à ce qu'il découvre de visu cette phénoménale cathédrale Notre-Dame de Strasbourg, en convenant de l'évidence.

(Crédit photos : Angers Etc.)
(Crédit photos : Angers Etc.)

En se présentant sur la place éponyme, c'est un choc qui cueille le voyageur au débouché de la petite rue du Maroquin. Le gigantisme de ce bâtiment hors norme se présente dans toute sa majesté. Un premier regard se révèle insuffisant pour évaluer la masse qui se dresse et il faut lever la tête pour voir la flèche hissée dans le ciel alsacien. Celle-ci culmine à 142 mètres derrière celles de la cathédrale de Rouen (152 mètres) et la cathédrale de Chartes (115 mètres). Elle fut longtemps la plus élevée d'Europe jusqu'au 19e siècle grâce aux prouesses techniques des bâtisseurs de l'époque.

De fait, certains verront en cette cathédrale de lointaines similitudes avec la Sagrada Familia de Barcelone, laquelle procure ces mêmes sensations de verticalité, d'énormité, de démesure, d'extravagance. En ce temple alsacien, on mesure l'ingéniosité architecturale, le mariage des époques, la somme du labeur accompli, la folie créatrice des hommes. Autre similitude constatée par le photographe improvisé - bien qu'anodine au regard de la grandeur du lieu - ce manque de recul pour cadrer la façade principale dans une seule et même photo. Qu'à cela ne tienne, un simple déplacement sur la place voisine du Château révélera la jolie face sud-est de la cathédrale.

(Crédit photos : Angers Etc.)
(Crédit photos : Angers Etc.)

Quatre siècles ont été nécessaires pour édifier cette cathédrale que Victor Hugo présenta comme " un prodige du gigantesque et du délicat ". Résultat, une rapide observation de l'édifice se révélera insuffisante pour comprendre ce livre d'histoire à ciel ouvert avec tous ces milliers de détails offerts à la lecture. Pure merveille autant à l'extérieur qu'à l'intérieur, l'observateur tombe immédiatement sous le charme et s'interroge sur les capacités et l'audace des hommes à réaliser de telles prouesses en des temps ou la technologie n'était pas celle d'aujourd'hui.

Dans sa démonstration, l'Office de tourisme de Strasbourg et sa région présente la cathédrale Notre-Dame comme une œuvre absolue de l'art gothique. " A l'extérieur, la façade est le plus grand livre d'images du Moyen-Age. Les centaines de sculptures qui semblent se détacher du mur accentuent les effets d'ombre et de lumière. La couleur du grès rose change selon l'heure du jour et la couleur du ciel. Les soirs d'été, la scénographie lumineuse est un enchantement.

(Crédit photos : Angers Etc.)
(Crédit photos : Angers Etc.)

A l'intérieur, la nef élancée inspire au recueillement. Les vitraux du XIIe au XIVe siècle et la rose sont un enchantement. L'orgue monumental possède un remarquable buffet doté d'automates. L'horloge astronomique d'époque Renaissance et dont le mécanisme date de 1842 est un chef d'œuvre en soi, dont le défilé des Apôtres peut être admiré tous les jours. "

De toute évidence, la grande dame de Strasbourg, c'est elle. En plein cœur de ville, impossible de manquer cette cathédrale particulièrement imposante et visible depuis plusieurs kilomètres à la ronde. Et lorsqu'il se trouve à ses pieds, l'homme se sent infiniment petit, surtout s'il l'observe à contre-jour se trouvant alors privé d'horizon tant la masse de cette création s'impose au décor. Mais ce qui frappe et lui donne son lustre, c'est l'usage du grès rose des Vosges, ce magnifique matériau qui prend tout son éclat quand le soleil vient éblouir les façades. Éblouissante cathédrale !