Château du Haut-Koenigsbourg, plongée dans le Moyen-Âge

16/09/2021

Du haut des 757 mètres de la colline où il est perché, le château du Haut-Koenigsbourg domine une partie des plaines de l'Alsace, entre Colmar et Strasbourg. Vu de la route, le colosse de grès rose des Vosges enchante par la couleur de ses murailles autant qu'il impressionne par la force qu'il dégage.

(Crédit photos : Angers Etc.)
(Crédit photos : Angers Etc.)

Édifié au XIIe siècle, le château fut d'abord la propriété de Frédéric Barberousse, alias Frédéric 1er de Hohenstaufen, empereur du Saint-Empire romain germanique, avant de devenir le témoin tout au long des siècles d'une liste de conflits entre seigneurs, rois et empereurs. Tout autant qu'il fut lui-même l'objet de destructions, d'incendies, d'attaques, mais également à plusieurs reprises de reconstructions. La dernière en date est due à l'empereur d'Allemagne Guillaume II qui devint à son tour le maître des lieux en 1899.

Entre sa première implantation vers l'an mil et son ultime restauration par le kaiser allemand en 1900, le château sera passé par des périodes que la chronique résume comme suit. 1147 : première mention du château dans un écrit. 1462 : parce qu'il est devenu un repaire de chevaliers brigands, les princes-évêques de Strasbourg et de Bâle assiègent la forteresse et la détruisent. 1479 : sur ses décombres, les Tiersten reconstruisent un château plus moderne. 1633 : pendant la guerre de trente ans, les Suédois le brûlent après un siège de plusieurs semaines, le laissant à l'état d'abandon. 1865 : ses ruines passent ensuite de main en main avant d'être rachetées par la ville de Sélestat, qui le cédera ensuite à Guillaume II.

(Crédit photos : Angers Etc.)
(Crédit photos : Angers Etc.)

Dans une Alsace alors allemande, le dernier roi de Prusse entreprend une importante restauration. En 1901, deux grues mécaniques, fabriquées à Francfort, sont mises en service. Une grue sur pivot est installée à l'intérieur du donjon. Elle hisse les gros blocs de grès dans la cour intérieure. Une locomotive est mise en service en 1902. Trente chevaux sont nécessaires pour tracter ses 5 tonnes de la gare de Sélestat jusqu'au château. Des machines à vapeur transportables appelées locomobiles alimentent le site en électricité. Les grues sont électrifiées et le chantier est éclairé. Les villages au pied du château n'auront le courant qu'après la Première Guerre Mondiale.

Aujourd'hui, en franchissant les portes du Haut-Koenigsbourg, vous partez pour un voyage dans le temps car les pierres qui vous entourent remontent en partie du Moyen Âge. Donjons, pont-levis, herse, murailles, tours d'artillerie, chapelle, puits de 62 m, passages secrets, salle d'armes, haut-château, bas-château... tout y est magnifiquement sublimé. Et même si certains reprochent aux architectes de l'époque les quelques libertés qui auraient été prises en relevant ses ruines, ce Haut-Koenigsbourg est définitivement sublimé. Sa restauration fut achevée en huit ans, lui donnant définitivement l'aspect qu'on lui connaît dès lors.

(Crédit photos : Angers Etc.)
(Crédit photos : Angers Etc.)

En le parcourant, le visiteur pourrait presque se croire dans une bande dessinée tant les lignes de cet édifice répondent à l'idée qu'on peut se faire d'un château idéalisé. Avec ses 354 marches, ses 270 m de long sur 40 m de large en moyenne, son donjon de 62 m de hauteur, la forteresse exhibe de belles mensurations renforcées par la consistance des murs dont certains font jusqu'à 12 m d'épaisseur. Classée aux Monuments historiques en 1862, cette spectaculaire résidence fortifiée tout en hauteur, de couleur rose, hissée sur un sommet rocheux, est un des rares exemplaires de châteaux forts du Moyen Âge entièrement restaurés.

C'est sans doute la raison pour laquelle il accueille près de 600 000 visiteurs par an et représente l'un des 10 châteaux les plus visités de France. Tantôt Allemand, tantôt Français, toujours au gré des annexions militaires et des restitutions politiques, le château du Haut-Koenigsbourg ne cessera jamais d'être Alsacien.

Château du Haut-Koenigsbourg, 67600 Orschwiller, Alsace, France. Site internet. Tél. +33 (0)3 69 33 25 00.

(Crédit photos : Angers Etc.)
(Crédit photos : Angers Etc.)