Une saisissante reconstitution de l’Ère de glace

02/03/2018

Dans la galerie commerciale Espace Anjou, une exposition intitulée « Ère de glace » a présenté quelques animaux préhistoriques de l'Age de glace. A travers quelques tableaux soigneusement mis en scène, des animaux aux dimensions respectables, souvent surprenants de réalisme, parfois presque redoutables, ont cueilli les visiteurs au cours de leur déambulation.

Le Mégaloceros giganteus

L'art pariétal a révélé des variations de coloration et de longueur des poils de cet animal, selon les saisons.
L'art pariétal a révélé des variations de coloration et de longueur des poils de cet animal, selon les saisons.

Il ressemblait à l'élan actuel par sa taille et ses bois très développés, qui avaient jusqu'à trois à quatre mètres d'envergure (on appelle « bois » les cornes sur la tête des cervidés). Megaloceros a disparu il y a environ 10 à 12 000 ans à la fin de la dernière glaciation. On l'appelle aussi « grand cerf des tourbières ».

On ignore dans quelle proportion la chasse a pu contribuer à sa disparition, mais cet animal a été consommé par les hommes préhistoriques.

Nom scientifique : Megaloceros giganteus
Ère : Quaternaire
Site fossilifère : Europe et une partie de l'Asie
Taille : de 1,80 à 2 mètres au garrot
Alimentation : Herbe et jeunes pousses d'arbre

Le Deinosuchus

Les plus grands de ces animaux pouvaient mesurer jusqu'à 10 mètres de longueur, pour 1,80 m au " garrot "
Les plus grands de ces animaux pouvaient mesurer jusqu'à 10 mètres de longueur, pour 1,80 m au " garrot "

Bien que nettement plus grand que tous les crocodiles et alligators modernes, son apparence était très proche de tous ces animaux. Il avait de très grandes dents robustes adaptées pour écraser sa nourriture, et son dos était recouvert d'épaisses écailles hémisphériques.

Une étude a démontré qu'il pouvait vivre plus de cinquante ans, croissant à un rythme similaire à celui des crocodiles modernes, mais maintenant sa croissance plus longtemps. Il aurait consommé des tortues marines, des poissons et de petits dinosaures.

Nom scientifique : Deinosuchus
Ordre : Crocodilia
Ère : Campanien au Crétacé supérieur
Site fossilifère : Europe et une partie de l'Asie
Taille : probablement entre 8 et 14 mètres
Poids : plusieurs tonnes

L'Hipparion

L'extraordinaire présence de ce cheval est attestée par l'abondance de restes fossiles attribués au genre.
L'extraordinaire présence de ce cheval est attestée par l'abondance de restes fossiles attribués au genre.

Hipparion est un genre d'équidé éteint, dont les restes fossiles sont connus en Amérique du Nord, en Europe, en Asie et en Afrique, sur des terrains qui vont du milieu du Miocène au milieu du Pleistocène.

L'hipparion a été un des herbivores les plus répandus de son temps. Il ressemblait beaucoup à un cheval actuel, et possédait encore trois doigts, dont le médian était le plus développé. Il s'agit d'une branche collatérale réussie dans l'évolution des équidés, laquelle s'est pourtant éteinte sans laisser de descendance

Ordre : Perissodactyla
Ère : Pleistocène
Site fossilifère : Europe, Asie, Afrique
Taille : de 1,40 mètre au garrot
Alimentation : Herbivore

Le Smilidon

Ce redoutable carnivore à l'imposante prestance ressemblait à un jaguar et pouvait peser jusqu'à 250 kg.
Ce redoutable carnivore à l'imposante prestance ressemblait à un jaguar et pouvait peser jusqu'à 250 kg.

Le Smilidon, ou tigre à dents de sabre, compte parmi les plus rapides et agiles des chasseurs. Il fait également partie des carnivores dont les griffes et les dents sont des plus robustes.

Spécialisé dans la chasse aux animaux lourds et à la peau épaisse, il ressemblait à un jaguar moderne, mais ses membres antérieurs étaient plus puissants. Il les utilisait pour maintenir ses victimes au sol, afin de les transpercer avec ses dents. Ce félin préhistorique avait une telle faculté à sortir et rétracter ses griffes qu'il en faisait une arme fatale.

Nom scientifique : Smilidon
Ordre : Carnivora
Datation : Oligocène (-34 à -23 Ma)
Site fossilifère : Proche du centre-ville de Los Angelès (Rancho de la Brea)
Taille : de 2,50 à 4 mètres
Poids : 55 à 250 kg
Alimentation : Carnivore

Le Dodo

Le dodo était recouvert d'un duvet doux et possédait une grosse tête aux côtés dépourvus de plumes.
Le dodo était recouvert d'un duvet doux et possédait une grosse tête aux côtés dépourvus de plumes.

Il était un pigeon terrestre géant. Ce grand oiseau dont le vrai nom est Dronte, incapable de voler, a été découvert par les explorateurs européens sur l'île Maurice en 1598. Frappés par la gaucherie de cet oiseau, ils le baptisèrent « doudo », ce qui signifie « nigaud » en portugais (doido aujourd'hui).

De la taille d'un gros dindon, il prospérait sur cette île volcanique et inhabitée et n'avait aucun prédateur naturel. Cette tranquillité prit fin avec l'arrivée de l'homme et ses animaux domestiques.

Nom scientifique : Raphus cucullatus
Ordre : Columbiformes comme les pigeons
Ère : Crétacé supérieur ou au début du tertiaire
Taille : 70 centimètres
Poids : 20kg
Alimentation : Plantes basses, graines et fruits tombés des arbres

Le Mammouth laineux

Le mammouth laineux était doté de longues défenses recourbées, qui s'enroulaient parfois sur elles-mêmes.
Le mammouth laineux était doté de longues défenses recourbées, qui s'enroulaient parfois sur elles-mêmes.

Pour survivre aux températures extrêmes, les mammouths laineux développèrent des attributs pour s'isoler du froid. Leur fourrure se constituait de deux couches : une couche extérieure de longs poils grossiers qui pouvaient atteindre 1 mètre de long recouvrait ainsi un duvet épais de 10 à 15 cm. Ils avaient également une peau très résistante d'environ 2,5 cm d'épaisseur, protégeant une abondante couche de graisse.

En 1977, on découvrit un mammouth congelé presque complet, vieux de 40.000 ans. Ce bébé mâle fut nommé Dima.

Nom scientifique : Mammuthus primigenius
Ère : Quaternaire
Site fossilifère : Sibérie
Taille : 3,50 mètres de long et 3 mètres de hauteur au garrot
Poids : 6 tonnes

Alimentation : Herbivore