Ebdo, l’hebdomadaire de papier

19/01/2018

Après les revues 6 mois et XXI, voici l'Ebdo (sans h), un nouveau magazine  paru ce vendredi 12 janvier. Salué par toute la presse pour son audace et son originalité, ce numéro offre la particularité de se priver volontairement de publicité, tout comme le font avec succès ses deux aînés précédemment cités.

Ce dernier-né de l'éditeur Rollin Publications compte évoluer aux côtés de la fratrie et non à ses dépens en s'inspirant de la même philosophie, la même approche avec des sujets originaux, fouillés, posés, pédagogiques, « loin du buzz et de l'info en continu », avance-t-on du côté des responsables de l'Ebdo. Par bien des aspects, il pourrait presque ressembler à ses concurrents de la presse hebdomadaire si ce n'était son format légèrement inférieur et la place accordée à ses lecteurs.

Sollicités dès octobre 2017 dans les colonnes de XXI afin de contribuer au financement du futur hebdo, et suite à son lancement réussi grâce à leur concours, ceux-ci peuvent suggérer des idées de reportage et les développer avec des journalistes avant publication via un compte internet dédié. Attention ultime érigée en dernière page, luxe suprême offert à ses donateurs, véritable originalité dans le petit monde de l'écrit, une feuille vierge de tout texte invite le lecteur à y noter ses réflexions...

Et à l'instar de l'incomparable trimestriel XXI, cette revue qui tient plus du livre broché par son aspect que du magazine traditionnel, l'Ebdo se lit uniquement en version papier, sans sa déclinaison web propre à tout média imprimé : une gageure à l'ère des réseaux sociaux, des échanges instantanés, des infos sorties de partout et de nulle part. Ici, on se dit choisi par le lecteur autant qu'on le choisit, en tout cas c'est la formule en forme de leitmotiv que revendique le titre dans sa couverture « Lisez-nous, lisez-vous ».

(Mic).