Autrefois, on sirotait des jus de fruits Kopa

01/05/2020

À l'image des légendes du sport national ou international, le footballeur Raymond Kopa (1931-2017) donna jadis son nom à une marque publicitaire en commercialisant des sodas et des jus de fruits. Parfois méconnu, souvent occulté, cet épisode est rappelé par le « Musée des boissons et de la sommellerie » de Sainte-Gemmes-sur-Loire, près d'Angers.

Premier footballeur français à s'expatrier à l'étranger, trois fois vainqueur de la Coupe d'Europe avec le Real Madrid (1957, 1958, 1959), meilleur joueur de la Coupe du Monde 1958, premier Ballon d'or français (1958) avant les Platini, Papin et Zidane, deux fois champion de France avec le Stade de Reims, Raymond Kopa restera à jamais dans l'histoire du sport comme l'un des plus grands footballeurs français de tous les temps. Celui que les Anglais avaient surnommé le « petit Napoléon » en raison de sa taille (1,68 m) eut tôt fait d'exploiter sa notoriété en investissant dans les affaires.

Comme d'autres sportifs tels Serge Blanco, Eddy Merckx, Stan Smith, Michael Jordan ou Ronaldo, celui qui débuta sa carrière de footballeur professionnel au sein de l'équipe du SCO d'Angers sous le patronyme de Kopazewski ne tarda pas à exploiter sa popularité afin d'en faire une griffe. Transféré sous les couleurs du Stade de Reims, il se lia avec l'équipementier Noël afin d'associer son nom à une paire de chaussures et à une ligne de vêtements. Il se hasarda même à poser pour une publicité de tabac (Camel) où, à l'instar du célèbre cow-boy Marlboro, il posait en tenue de footballeur avec une cigarette à la bouche. Une communication impensable de nos jours.

Reims et son attaque de feu. De gauche à droite : Fontaine, Kopa, Vincent, Piantoni (Photo DR).
Reims et son attaque de feu. De gauche à droite : Fontaine, Kopa, Vincent, Piantoni (Photo DR).

Pour avoir très tôt compris qu'il devait exploiter sa popularité afin d'en tirer un profit immédiat et pérenne, il fut donc un précurseur du sport-business à l'époque où les agents de joueurs et les conseillers marketing n'existaient pas encore. C'est ainsi qu'au plus fort de sa gloire, celui qui fit pétiller, selon la formule des commentateurs sportifs, le football-champagne (ça ne s'invente pas !) avec ses équipiers de Reims (Piantoni, Vincent et Fontaine) s'associa ensuite avec un vigneron angevin afin de commercialiser des jus de fruits et des sodas au nom de Kopa.

L'apogée de sa carrière sportive se situa en 1958 lorsqu'il fut élu meilleur joueur de la Coupe du Monde qu'il disputait en Suède avec l'équipe de France. Laquelle comptait parmi ses 22 présélectionnés deux Angevins (Hnatow et Bruey) et sept Rémois, dont un certain Just Fontaine qui allait devenir le meilleur buteur avec 13 réalisations, record jamais égalé. Les Bleus allaient toutefois s'incliner en demi-finale contre le Brésil d'un jeune prodige de 17 ans nommé Pelé. Cette année fut donc celle de toutes les réussites sportives pour Kopa (45 sélections) puisqu'il cumula en outre le titre de Champion d'Europe avec le Real Madrid et celui de premier Ballon d'or français.

Les jus de fruits Kopa, boisson officielle de l'équipe de France à la Coupe du Monde 1958.

Parallèlement, l'année 1958 fut aussi celle où la marque de jus de fruits Kopa obtint une reconnaissance ultime en s'imposant comme la boisson officielle de l'équipe de France lors de son épopée mondiale. Produit par une usine de Rablay-sur-Layon (Maine-et-Loire), le rafraîchissement prolongea son honorable carrière en s'affichant notamment dans la caravane publicitaire du Tour de France ainsi que sur un stand des célèbres 24 h du Mans (1959), entre autres événements. Quant au joueur, sa carrière achevée, il deviendra un hommes d'affaires à plein temps en créant sa propre marque de sport tout en continuant la pratique du football en vétérans au sein du club de NDC Angers jusqu'à ses soixante-dix ans.

(Photos Musée des boissons).